Saint Etienne de Saint Geoirs, d'hier à aujourd'hui

Saint Etienne de Saint Geoirs a probablement été fondée par les Romains, le hameau de Cours accueillant un camp romain où étaient célébrés des jeux.

Au cours du Moyen-Age, et avant le rattachement du Dauphiné à la couronne de France en 1349, Saint Etienne de Saint Geoirs fut à plusieurs reprises l'objet de convoitises entre grands seigneurs locaux.

Chef lieu de canton depuis 1790, le village a porté le nom de Marathon (la commune étant située à environ 42 km de Grenoble) au moment de "La Terreur" lorsque les noms de saints étaient proscrits.

Mandrin, célèbre contrebandier du 18ème siècle (1725-1755), est incontestablement le personnage le plus célèbre de la commune. A partir de ses bases situées dans le Duché de Savoie, Mandrin dirige jusqu'à 300 personnes et organise des opérations de contrebandes.

 

En 1754, Mandrin organise ainsi six campagne en Franche-Comté, Bourgogne, Auvergne, Forez, Velay et Rouergue. Afin de mettre un terme à ses activités, les fermiers généraux font appel à l'armée du roi, mais Mandrin parvient à leur échapper et à se réfugier dans le Duché de Savoie.
Une troupe, déguisée en paysans, s'introduit alors illégalement dans le Duché et, le 11 mai 1755, arrête Mandrin au château de Rochefort, près de Novalaise. jugé le 24 mai 1755, Mandrin est condamné à mort et roué vif à Valence le 26 mai.

 

 

D'autres figures ont illustré notre histoire récente, parmi lesquelles on citera en particulier :

Mme Rose VALLAND
(1898-1980)

diplômée de l'Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts qui, durant toute la guerre, veilleà suivre la trace de milliers d'oeuvres d'art faisant l'objet de trafics et de spoliations de la part des nazis. Menacée à plusiers reprises, elle échappe à une arrestation grâce à la libération. Membre de la commission de récupération artistique, témoin au procès de Nuremberg, elle participe à la récupération des oeuvres volées mais également à la reconstruction des musées allemands. Ses méritent lui valent de nombreuses distinctions et c'est quelques années après sa mort qu'il est décidé de donner son nom au collège du secteur.

le Général VINOY
(1800-1880)

qui conquiert tous ses grades en Algérie avant de se distinguer durant la guerre de Crimée. Il commande brièvement les forces militaires de Paris après la débâcle de Sedan avant d'être nommé Grand Chancelier de la Légion d'Honneur.

C'est l'organisation à Grenoble des Jeux Olympiques d'hiver de 1968 qui va bouleverser le destin de notre commune. A cette occasion, l'aéroport, jusque là installée dans l'agglomération grenobloise, est implanté à Saint Etienne de Saint Geoirs, entrainant avec lui toute une activité économique.

En sept années, entre 1968 et 1975, la population augmente d'un tiers pour dépasser le cap des 1600 habitants. Cette croissance se poursuit tout au long des années 80 pour se tasser au cours des années 90.

Aujourd'hui, la commune, qui connait un nouvel essor démographique, compte plus de 3 000 habitants.